Carnet de voyage (Guinée 2011-3)

Retour à Conakry

Retrouvailles de la chatte de la maison qui a du chien quand elle rapporte la balle lancée par une main joueuse.
Le sculpteur travaille les bois, les ivoires et l’os. Il exhibe une côte d’éléphant, os réputé plus résistant que celui des autres animaux.

Sculpteur ivoires, os, bois, conakry

L’ivoire d’éléphant étant interdit, il réalise de nombreux objets en ivoire de phacochère et en ivoire d’hippopotame. Je souhaite en acheter mais je remarque que l’échantillon qu’il me présente vient de l’éléphant et non du phacochère comme il le croit… Il soutient le contraire. Je l’invite à vérifier avec ma loupe. Alors, stupéfait et ravi, car l’ivoire d’éléphant coûte plus cher, il reconnaît sa méprise.  Il crée aussi des bracelets en corne de vache ; teintée au henné, elle ressemble à la sardoine.

Pas de pierre en Guinée mais,  grâce à cette visite chez le sculpteur,  des matières nouvelles et inattendues pour mon cours…

Au port,  les cornes  des  navires  s’appellent,  accordant  leurs voix  profondes  de  violoncelle, prélude au voyage…

Clémence Jude, février 2011