Carnet de voyage (Sri Lanka, Negombo 2008-2)

Negombo

La cloche du temple indou appelle les fidèles à petits coups rapprochés. Un seul son pour de multiples dieux représentés par des statues très colorées.

Tordu par les vents de la mousson, mon parapluie demande réparation. Je le confie à un artisan spécialisé dans ce travail. Assis en tailleur dans la rue, il excelle à donner une nouvelle vie aux parapluies cassés. Au Sri Lanka, cet instrument indispensable se transforme élégamment en ombrelle pour tenir éloignés les rayons du soleil.

Réparateur de parapluie, Sri Lanka

 

Quand je demande des grenats hessonites, le vendeur me tend un paquet de pierres de même couleur orangée : hélas, du verre !
– «Oui, mais du verre naturel», plaide-t-il, à tort.

Cette «tsavorite» au prix élevé se révèle fausse sous le dichroscope. Cela ne l’empêche pas de me montrer aussi de belles gemmes, notamment des saphirs verts, malheureusement mal taillés. Il s’excuse de son ignorance :
– Je n’y connais rien ; il faut étudier pour savoir.

À qui le dites-vous…

Peu farouche, un corbeau se perche sur la table d’un restaurant tandis qu’à travers la salle d’autres volent, parfois dans les deux sens du terme… Cet oiseau noir s’infiltre partout. Il marche et croasse sans répit et rien ne semble échapper à son petit œil vif. Subi ou adopté, il rappelle l’envahissant pigeon parisien, mais en plus bruyant.

La route qui longe le canal n’offre pas les mêmes chances de chaque côté. A gauche, au bord d’une eau sale, des familles de pêcheurs s’entassent dans des bungalows rudimentaires et des taudis. A droite, isolées par de grands jardins, de superbes villas abritent des gens plus fortunés.

Pêcheurs canal de Negombo, Sri Lanka

Les chercheurs d’or (voir carnet de voyage « Un bon filon ») s’activent toujours dans le canal qui traverse Negombo. Seuls les remous des bateaux qui passent interrompent leur travail quelques instants. Ils commencent par poser une nappe en plastique sur la rive. Ensuite ils piochent pour y déposer un peu de terre qu’ils arrosent longuement. De temps en temps, ils replient la nappe pour rendre la terre plus compacte. Enfin, ils tamisent à la batée et recueillent la précieuse poussière…

Chercheuse d'or, canal de Negombo, Sri Lanka

De retour à la plage, je regarde le jour perdre lentement sa splendeur. Saphir orange, le soleil livre son or en se baignant dans la mer.

Ce matin, le cadavre d’une araignée aux pattes velues gît dans la salle de bains. Énigme vite résolue : mon pied l’a écrasée quand je marchais dans l’obscurité, heureusement chaussée de tongs…

A la sortie de Negombo, la mosquée règne sur le quartier musulman. La coutume religieuse veut que le vendredi les pauvres demandent l’aumône dans les magasins.

J’entre dans une bijouterie au moment où le commerçant se relève du tapis de prière. Un orage éclate ; il pleut dans sa maison. Sûr de son parcours, il se précipite d’une fuite à l’autre en plaçant les pots qui recevront la pluie. Au son de ce goutte à goutte et à l’aide de la loupe, je trie les pierres et sépare le bon grain de l’ivraie…

Un varan nage dans les eaux brunâtres du canal.  Un oiseau aux ailes bleu cyanite survole un étang de lotus.

Clémence Jude, août 2008

Lisez la présentation de mon manuel d’initiation sur le Sri Lanka en cliquant sur ce lien :

http://gemmo.fr/livre-gemmologie-guide-de-terrain-sri-lanka