Carnet de voyage (Guinée 2012-1)

Ile de Kassa

La pirogue quitte le port de Boulbinet où gisent de gros capitaines fraîchement pêchés. Au loin, les épaves rouillées de navires abandonnés émergent, rendez-vous des oiseaux alignés en perles blanches sur l’horizon.
Terre !

Ile de Kassa Guinée

Respirant au rythme du souffle marin, la piste s’insinue jusqu’au bar, oasis moderne où se ressourcer.
Une jeune femme nous accueille, l’oiseau qu’elle a sauvé voletant à son côté. Téméraire, il se juche sur l’épaule de ma fille et tente d’ouvrir sa canette à coups de bec.

Oiseau et canette Guinée

Mes boucles d’oreille le fascinent et, le temps d’une vidéo, cet oiseau un peu cabot essaie de saisir de sa bouche cornée les pendants d’argent qui virevoltent sous le soleil.
Apprivoisé, il prend goût à l’argent…

Sur la plage déserte, la mer se fait une toile. L’écume travaille la matière par petites touches, façon pochoir. Jouant avec les oxydes de fer infiltrés dans le sol, elle zèbre le sable rougeâtre de violet et de noir. Elle grave des arbres fantastiques dont elle nervure les feuilles. Les ocres se mélangent aux verts extraits des algues.

Plage île de Kassa Guinée

Ignorant ce tableau d’art brut, une mouette plonge dans l’océan de fluorite verte et ressurgit, poisson clouant le bec.

(suite 2)