Carnet de voyage (Bornéo 2012-1)

Sarawak-Kuching

Je souhaitais découvrir la capitale du Sarawak à mon retour de Banjarmasin mais mon arrivée tardive voit agences et bureaux de change fermés, m’empêchant de m’envoler de suite pour Kalimantan. Les chauffeurs de taxi n’acceptant pas les dollars américains, je me prépare à passer la nuit à l’aéroport.
Celui-ci clôt ses portes de minuit trente à quatre heures mais ne jette pas les voyageurs à la rue… J’écoute les conseils des douaniers m’indiquant la place la plus sûre, à condition de garder un œil sur mon sac.
D’autres personnes campent sur le lieu, notamment un groupe de jeunes tellement absorbés par leur ordinateur que je prévois une nuit calme.
Erreur.
Dès la fermeture, un incroyable tapage s’élève composé de musique, de chants et de cris ! Il durera jusqu’au matin, supervisé par des policiers armés qui exécutent scrupuleusement leurs rondes, l’œil sévère tout en fredonnant un air…

Bornéo se divise en plusieurs parties  :  le sultanat de Brunei, le Sabah et le Sarawak (malaisiens) et Kalimantan (indonésien).

Forêt Sarawak Bornéo

Sur l’île, Malaisiens et Indonésiens parlent la même langue mais l’argent les sépare : les premiers paient avec le Ringgit (Rm) que les seconds changent en roupies (Rp).
J’ai atterri en Malaisie, à Kuching qui signifie «chat». Ce divin félin reçoit ici un véritable culte. Au hasard des carrefours, le visiteur s’étonne devant les statues de chats supplantant celles des héros de l’Histoire et, charmé, répond aux sourires des matous levant la patte pour le saluer.

Statue Chats Kuching Bornéo

La plupart des ethnies asiatiques se croisent pour donner de beaux visages. Prédominance de culture malaise et chinoise comme en témoigne cette publicité «What chu want ?», les temples et les autels animistes.

Les pharmacies chinoises vendent encore un remède traditionnel : la poudre de perles obtenue à partir de perles de culture d’eau douce broyées. Prise oralement, elle faciliterait le sommeil ; en application, elle soignerait les maux de la bouche et éclaircirait le teint des coquettes.

(suite)